Interview de Judikael

Judikael : Portrait d’un expérimentateur invétéré ou le refus de l’ordre établi

 Il est une peinture moderne qui tire son caractère particulier de la décantation, de certains traits de l’art brut. Cette tendance est présente chez Judikael*.

  Anticonceptuelle et inclassable, elle exploite les caractéristiques de l’art brut aussi bien par goût du piquant, de l’honnêteté et de l’impertinence que par réaction contre la lourdeur et le conformisme de la création contemporaine.

 Son sens de la couleur est aussi vif et aussi sûr que peut l’être l’instinct de l’animal. Parodiant différents styles, il n’est pas aisé de déterminer celui sur lequel il entend agir – et c’est précisément en cela que son propos de peintre reste si profondément personnel, même lorsque l’humour prend le pas sur l’anecdote et la fantasmagorie de l’artiste. La rencontre fortuite entre un univers chargé de symboles et celui du quotidien produit un mélange étonnant qui offre au peintre une combinaison infinie de situations et de motifs picturaux.

Nous n’avons donc pas à faire à une excentricité ou à un simple caprice dans lequel se complairait l’artiste.

 C’est d’ailleurs la sculpture qui a révélé avec le plus d’éclat les caractéristiques qui fondent l’unité du style de Judikael*. Un style qui insiste sur la nécessité de réduire toute matière à deux dimensions sur le plan pictural, à des lignes, qui définissent l’espace. Sous l’action de sa peinture, la sculpture de Judikael* subit actuellement une transformation qui semble ouvrir à l’artiste un champs d’expression encore plus étendu.

 La peinture de Judikael* incorpore l’objet et le totémise. Ses sculptures découlent naturellement de cette volonté de fixer la forme et de lui conférer une matérialité. Rien désormais n’échappera plus au trait acéré de Judikael*. Les personnages non plus, bien sûr. Et dans l’objet totémisé – l’objet solitaire – réside la solitude de l’homme peuplé d’angoisses. Nous sommes ici très éloignés des vieux démons de la sacro-sainte avant-garde, ou de ses bons anges : le nihilisme et la provocation absurde.

 La sculpture offre à la crétion de Judikael* et à son expression tangible, un pendant d’une logique assez pure et séduisante aussi pour briser enfin ces vieux mythes que sont la magie de l’inspiration, la spontanéité, l’insondable éloquence. Et la sculpture, de son côté, a donné des implusions à la peinture de Judikael*. Ils se sont apportés un champs d’exploration nouveau comme ils ont apportés au peintre un nouveau souffle, une respiration.

 Un tableau n’a pour lui de valeur que s’il parle à celui qui le regarde, si on le rejette ou si on l’accepte et se l’approprie. « Si ce tableau nous force à nous interroger, alors l’artiste aura accompli une œuvre à part entière » explique Judikael* qui s’intéresse à la peinture d’abord parce qu’elle offre la possibilité d’une remise en question perpétuelle. « Il faut privilégier la justesse de l’évocation et de l’idée » ajoute-t-il.

  Judikael* semble prendre plaisir à surprendre. Son dessin demeure une valeur abstraite : elle stigmatise la solitude de l’homme et produit une émotion singulière à l’art brut. Utilisant les matériaux les plus récents et les techniques les plus sophistiquées, Judikael* se libère dans les délices du détournement d’objet sans se perdre dans l’aléatoire.

T.Demaubus.

Revue "Valeurs de l'Art".

*Judikael (avant 1993)

 Résultat de recherche d'images pour "judikahel dans son atelier" Résultat de recherche d'images pour "judikahel dans son atelier"

      

 Judikael dans son atelier 


Oeuvres certifiées & authentifiées

Paiement sécurisé

Carte bancaire et virement

Livraison garantie & assurée