> ALAUX Jean-Pierre (1925-)

ALAUX Jean-Pierre (1925-)

ALAUX Jean-Pierre est né le 14 novembre 1925 à La Ciotat, est un peintre et sculpteur français appartenant à la « jeune peinture de l’École de Paris ».



Son maître est Jean Dupas.


Chacune de ses toiles rend compte de ses préoccupations, de ses sensations, de ses fantasmes par l’intermédiaire de personnages, d’objets souvent symboliques, d’architectures ou de paysages, d’associations d’idées et de formes. Sa peinture a toujours été, depuis l’École, à contre-courant des modes et difficile à classer.


Il est symboliste, onirique, fantastique, réaliste voire surréaliste, les allusions poétiques, musicales ou littéraires (visibles ou sous-jacentes) peuvent se mêler à l’humour ou à la fantaisie tout en exprimant tradition et modernité. ALAUX Jean-Pierre est un esprit curieux, inventif, épris de symboles, de mythes et de métamorphoses. Son goût de la beauté sous toutes ses formes, du merveilleux, de la luxuriance baroque, de l’insolite et du sacré ainsi que ses obsessions philosophiques et métaphysiques se rassemblent pour faire se conjuguer dans ses toiles poésie, mystère et humour.


Privilégiant le sens plastique à l’anecdote, il traite indifféremment: la figure et ses portraits deviennent souvent des hommages tels que Joseph Vernet, P. P. Grasset, Callas, Ader, Maupassant, Dali, Saint-Exupéry, Maurice Boitel ou Chapelain-Midy, dont il fit le portrait un an avant sa mort, les architectures avec des portraits de villes telles que Venise, Imperia, Berlin ou Angers, le paysage ou la nature morte. Rarement absente « la Femme » sert de trait d’union entre la vie et la mort très souvent évoquée.



Il sculpte en taille directe le bois, la pierre, l’os. Il pratique le modelage avec une technique personnelle (sciures de bois et colle vinylique), bois flottés, branches, ferraille, fils de cuivre ou de fer sont souvent le point de départ de sculptures conservées en pièces uniques ou coulées en bronze.



Il a participé à de nombreux salons tels que le Salon des artistes français en 1949 et la Nationale des beaux-arts avec Jeux d’échecs en 1987.


Puis, il a exposé dans des galeries telles que pour des expositions personnelles à la galerie Cardo à Paris en 1950, 1953 et en 1955; avec Picasso, à Galerie 65 à Cannes, en 1956; en 1959 et en 1964, à la Galerie Recio à Paris; en 1960 à la Gallery Doll & Richards à Boston; en 1963, à Marble Arch Galleries à New York; en 1965 et en 1969, à la Galerie Isy Brachot à Bruxelles; en 1968 à la Galerie Drouant à Paris; en 1970 à Bryant Galleries en New Orleans; en 1973, 1978 et 1981 à la Galerie Dandoy à Knokke le Zoute en Belgique; en 1974 à la Galerie Drouant à Paris; en 1981 et 1988 à la Galerie d’Art de la place Beauvau à Paris; en 1992, avec la Dynastie Alaux à la Mairie d’Arcachon et le musée du Gemmail à Tours. En 2001 et 2006 à la Galerie Michelle-Boulet à Paris.


Ses rétrospectives ont lieu en 1973 au Grand Palais à Paris (Société nationale des Beaux-arts), en 1997 à la Mairie de Chaumont, Chapelle des Jésuites; en 1987, au Musée Denon à Chalon-sur-Saône; En 1987, au Grand Palais à Paris (Hommage du Salon d’Automne); en 1988 au Musée du Bastion Saint-André à Antibes; en 1991 au Crédit Mutuel de Bretagne à Brest. En 1993 à la Mairie de La Ciotat, à la Chapelle des Pénitents-Bleus. En 1997 à la Mairie de Lyon. En 2005 à Chamalières et à Lailly-en-Val.


Il est invité d’honneur du salon de la SNBA (Société nationale des Beaux Arts) en 2013, au Carrousel du Louvre à Paris.



En 1949 il reçoit le Premier Prix des Affiches du Faubourg St-Honoré: « Les Fables de La Fontaine ». La même année, il obtient la médaille d’argent du Salon des artistes français, puis en 1950, le Prix des Affiches du Faubourg St-Honoré et du Printemps: « Hommage à l’Amour » et « Le Charme de Paris ». En 1950, ALAUX Jean-Pierre acquiert le premier Prix du Concours international du « Portrait de Jennie », en 1951 la médaille d’or du Salon des artistes français, en 1955 le Prix de l’Académie des Beaux-Arts et en 1963 la Grande Médaille d’argent de la Ville de Paris. Puis en 1970 il reçoit le Prix du Mérite culturel et artistique, en 1972 le Prix Puvis de Chavannes, en 1974 le Grand Prix des Peintres Témoins de leur Temps. En 1975 il est nommé Peintre de la Marine (Ministère de la Défense). En 1979 il obtient le Prix de la Ville de Yokohama, en 1980 le Grand Prix de l’Orangerie du château de Versailles, en 1981 le Prix de la Fondation Taylor et en 1989 le Premier Prix du Salon des Échecs dans Le Havre. En 1989 il est nommé Président du Salon d’Angers. En 1989 il participe à l'émission Radioscopie de Jacques Chancel « Jean-Pierre Alaux et la dynastie Alaux ». En 1990 il reçoit le Prix de la Sculpture à Caen, en 1993 le Grand Prix de Peinture à la Mairie du Xe arrondissement de Paris. En 1993 il est Nommé Peintre de l’Air et de l’Espace au Ministère de la Défense. En 1999 il est élu Vice-président des Peintres Officiels de la Marine. En 2000 il obtient la médaille de vermeil de la Ville de Paris. Puis, en 1988 il est nommé chevalier de la Légion d’honneur par le Ministère de la Culture.

Oeuvres certifiées & authentifiées

Paiement sécurisé

Carte bancaire et virement

Livraison garantie & assurée